Écoutez la radio en direct

Hè nata « Speranza »

À la une

A biera studientina

ECCU UN’ANDATURA NUVATRICE, QUELLA PURTATA DA TRÈ STUDIENTE IN GENIU BIOLOGICU DI L’IUT DI CORSICA. DA PARTICIPÀ À UN CUNCORSU NAZIUNALE, ANU DECISU DI FÀ A SO PROPIA BIERA. UN PRODUTTU NUSTRALE È ECOLOGICU D’ALTA QUALITÀ. EMMA GILLET, MÉLISSA CLOTTES È LÉA PINZUTI L’ANU BATTIZATU SIMBULICAMENTE « SPERANZA ». CI NÈ DICENU DI PIÙ…

Par Petru Altiani

Comment l’idée de participer au concours national DEF’IAB est-elle née ?

La participation a tout d’abord été une proposition de deux de nos professeurs qui nous accompagnent dans ce projet. Nous avons tout de suite été conquises par l’idée… Il s’agit d’un concours inter-IUT de fabrication d’une bière* originale sur un thème donné. À l’initiative de l’IUT de Saint-Brieuc en Bretagne, il s’adresse à tous les étudiants en génie biologique option « industries agro-alimentaires et biologiques ».

Les étudiants en génie biologique de l’IUT di Corsica avaient-ils par le passé participé à ce concours ? S’y étaient-ils déjà illustrés ?

En effet, le concours se déroule tous les 2 ans et des étudiants cortenais y participent depuis plusieurs éditions. Malheureusement, ces candidatures successives n’ont pas donné lieu à ce jour à l’obtention d’un prix.

Que représente pour vous votre projet de création de bière verte et bio ? Pourquoi cette thématique ?

Ce projet représente pour nous la mise en pratique et la concrétisation des savoirs qui nous ont été enseignés pendant ces deux années de DUT. Nous découvrons également par celui-ci le défi logistique qu’est la conception et la production d’un produit dans son entièreté. Le thème « bière verte » nous a amenées à nous pencher vers le bio et également l’éco-conception. Ces thématiques sont pour nous des enjeux écologiques majeurs de notre société d’aujourd’hui et, par ce concours, nous avons voulu mettre en avant nos engagements et convictions.

Pensez-vous pouvoir tirer votre épingle du jeu avec ce produit ?

Nous nous investissons énormément dans ce projet et espérons donc qu’il porte ses fruits. Nous allons le mener au bout et nous essayons, pour ce faire, de nous donner les moyens de nos ambitions.

Quelles sont ses principales caractéristiques ?

Sur le thème imposé, « bière verte », notre réflexion s’est portée sur 3 axes. Tout d’abord, utiliser des ingrédients verts pour sa production : le kiwi et le citron vert pour aromatiser notre bière. Puis, donner une coloration à la bière : pour l’originalité ! À l’aide de colorant naturel bien sûr. Et enfin, créer un produit où éco-conception et éco-responsabilité sont les mots d’ordre : les kiwis et les citrons verts nous ont été fournis par un producteur local dont l’exploitation est bio, Patrick Berghman, qui a gentiment accepté de prendre part à notre projet en nous offrant ses fruits jugés hors calibres pour la vente, par exemple.

Pourquoi le choix d’une bière artisanale nustrale ?

Nous avons fait le choix de mettre en avant le terroir corse. Si l’engouement autour de la bière n’est plus à démontrer, notre démarche reste d’ordre purement pédagogique. Pour autant, nous nous sommes lancées le défi de réaliser, dans le cadre de nos études, un breuvage de qualité, selon un cahier des charges précis, afin de présenter un projet original et qui, de manière tangible, pourrait s’inscrire dans un contexte économique et environnemental réaliste !

Comment travaillez-vous pour sa fabrication ? Avec quel équipement et quelle quantité pouvez-vous produire/embouteiller ?

Actuellement, nous avons brassé 20 litres de notre recette, au sein de l’IUT, qui possède le matériel nécessaire à la réalisation du projet, encadrées par nos deux professeurs qui nous ont proposé cette idée.

Un deuxième brassage sera réalisé en janvier afin d’améliorer notre recette.

Sur quels partenariats et accompagnements pouvez-vous compter pour la réalisation de votre projet ?

Nous sommes accompagnées dans ce projet par, tout d’abord nos deux professeurs, mesdames Christine Chancogne et Vanina Lorenzi, mais également trois étudiants de 2eannée de DUT « techniques de commercialisation » ainsi que des étudiants de 2e année de DUT « hygiène, sécurité, environnement ». Nous avons aussi Patrick Berghman qui a accepté de prendre part à ce projet.

La FabLab nous offre, pour sa part, un accompagnement pour la création du packaging de notre bière en lien avec les étudiants de la filière « techniques de commercialisation » qui nous guident aussi dans notre réflexion sur le positionnement de notre produit en réalisant une étude de marché et en définissant un mix-marketing.

De leur côté, les étudiants d’hygiène, sécurité, environnement, réalisent des supports de sensibilisation aux dangers de l’alcool et prévention de sécurité routière qui seront intégrés à notre projet. Ils ont notamment imaginé un QR-Code sur l’étiquette de la bière, donnant accès à des vidéo-clips ou encore à une bande dessinée.

Vous l’avez baptisée « Speranza ». Quel est le message que vous souhaitez délivrer avec ce nom très évocateur ?

Le vert est la couleur de l’espoir alors « Speranza » était un peu une évidence. Nous mettons toute notre énergie dans ce projet pour le mener au bout. Il nous permet également de subtilement intégrer l’identité corse.

Comment se sont passées les premières séances de dégustation que vous avez organisées ?

Malheureusement, en raison de l’augmentation du nombre de cas de Covid-19 sur l’île, les dégustations sont suspendues et ne peuvent avoir lieu. Il va alors falloir que l’on se fie à nos palais pour déceler les améliorations à apporter à notre produit.

Mais nous avons tout de même réalisé une présentation de notre projet ainsi que du fonctionnement de la production de la bière le 15 décembre dernier.

Quel regard portez-vous sur le secteur de la bière en Corse ?

Nous savons tous qu’en Corse de grands industriels ont le monopole sur ce marché mais de plus en plus de brasseurs artisanaux s’installent. Nous pensons que c’est dans ce sens-là que le secteur doit se développer.

Quels sont vos projets ? 

Après la présentation du 15 décembre, la prochaine étape consiste à : l’envoi du produit pour le 4 mars à Saint-Brieuc pour une dégustation devant un jury constitué de professionnels et d’amateurs, programmée pour sa part le 8 mars. Sachant que les critères d’évaluation portent sur le goût de la bière, le respect du thème, le dossier technique, l’affiche publicitaire et le packaging. L’avenir de ce projet à la suite du concours est encore assez flou mais nous espérons arriver à le porter le plus loin possible.

* L’abus d’alcool est dangereux pour la santé.                        

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.