Écoutez la radio en direct

Roxane Paoli : DU CONSEIL BANCAIRE À LA PASSION PASTIÈRE

À la une

À 36 ANNI, HÀ DECISU DI CAMBIÀ DI VIA PRUFEZIUNALE, DI LASCIÀ PARLÀ U SO CORE, A SO PASSIONE PER A CUCINA È L’ARTE DI FÀ PIACÈ. HÈ NATA CUSÌ ZIA MARIA DI A QUALE A NOVA BUTTEGA IN BASTIA CAMPA TUTTI L’AMATORI DI A BONA ROBBA.

Par Petru Altiani

J’ai toujours eu en moi cette volonté d’entreprendre», confie Roxane Paoli dans un large sourire. Avec une décennie d’expérience dans le conseil bancaire, elle a décidé en 2021 de laisser libre cours à ses aspirations, portée, dit-elle, par « l’envie de créer et développer de nouvelles idées en phase avec le monde dans lequel nous vivons, un projet qui dure dans le temps avec un impact positif – je l’espère – sur Bastia et plus si affinités». Devenir «artisane-pastière», plus qu’un challenge, une métamorphose alignée sur ses valeurs et sa passion pour le « goût du bon ». « La naissance de Zia Maria répondait à ce souhait de virage personnel et professionnel», explique la jeune femme de 36 ans. Et d’ajouter : «La cuisine est pour moi synonyme de partage et d’échanges. Les recettes de Zia Maria sont le fruit d’une collaboration avec proches et amis depuis le début du projet il y a trois ans en arrière, c’est la crise sanitaire qui m’a donné l’occasion de mettre la main à la pâte et de suivre une formation spécialisée en Italie.» Dans son échoppe flambant neuve, située au 2 rue Neuve- Saint-Roch, une artère piétonne animée de la ville de Bastia, Roxane a à cœur de permettre aux «Pasta Lovers» d’apprécier pleinement le processus de fabrication artisanale. En toute transparence et dans un esprit résolument immersif. «L’approche Zia consiste à entrer dans la cuisine comme je le faisais lorsque j’étais enfant», précise- t-elle, évoquant des souvenirs empreints de tradition et de bonheur familial avec sa grand-mère et ses tantes.

LA MADELEINE DE PROUST

 » LA CUISINE EST POUR MOI SYNONYME DE PARTAGE ET D’ÉCHANGES. LES RECETTES DE ZIA MARIA SONT LE FRUIT D’UNE COLLABORATION AVEC PROCHES ET AMIS DEPUIS LE DÉBUT DU PROJET. « 

Les vitrines de Zia Maria exposent un spectacle haut en couleurs, dévoilant le ballet des malfadine, casarecce ou gnocchi. «C’est un retour aux sources» pour la cheffe d’entreprise qui offre aux fins gourmets la possibilité de composer leur repas avec une certaine idée de la Dolce Vita. La proximité avec d’autres commerçants locaux enrichit cette dimension conviviale. Après avoir visité le fromager, le boulanger, ou le maraîcher, une halte chez Zia Maria vient compléter le cabas des amateurs de produits authentiques. Par rapport aux pâtes sèches, les pâtes fraîches présentent de nombreux avantages nutritionnels protégeant les cellules, régulant la glycémie et favorisant la satiété. Roxane Paoli indique que le taux élevé de protéines dans le blé dur contribue à la consistance de ses mets qui s’inscrivent dans une démarche de «manger sain», un équilibre entre plaisir gustatif et bien-être, basé sur le «circuit court»; du producteur au consommateur.

AVENTURE HUMAINE

Le passage du conseil bancaire à la fabrication de pâtes fraîches artisanales n’était pas un simple changement de carrière pour Roxane. Sa décennie en tant que conseillère bancaire, au contact de divers entrepreneurs, l’a préparée à cette transition. «J’ai vécu par procuration leur quotidien, leurs problématiques mais aussi leurs réussites», poursuit-elle, révélant comment ces expériences sont devenues des atouts déterminants dans sa nouvelle vie d’entrepreneure. «Ce sont des rencontres qui m’ont enrichie et donné envie de passer de l’autre côté, de vivre une aventure humaine à mon compte et proposer une chose inédite ». Roxane souligne par ailleurs l’importance des acteurs locaux dans la concrétisation de son projet. « D’avoir une idée ne suffit pas pour qu’elle voit le jour », affirme la charmante bastiaise, mettant en avant l’engagement de partenaires tels que l’Agence de Développement Économique de la Corse qui a joué un rôle crucial pour faire de Zia Maria une réalité. Quand on lui demande quels sont ses projets futurs, Roxane insiste sur la satisfaction de ses clients comme juge de paix. Elle estime que le développement de Zia Maria ne se fera qu’à travers cette voie, spécifiant que «c’est un secteur exigeant qui requiert un engagement sans faille. Bien que le chemin soit long, il est essentiel pour moi ne pas oublier les motivations premières ».

 » C’EST LA CRISE SANITAIRE QUI M’A DONNÉ L’OCCASION DE METTRE LA MAIN À LA PÂTE ET DE SUIVRE UNE FORMATION SPÉCIALISÉE EN ITALIE. « 

LA PELLICULE DU GOÛT

Selon l’artisane-pastière, le plaisir de faire plaisir est un pilier fondamental qu’elle met
en partage au quotidien, en collaborant aussi passionnément avec des chefs cuisiniers locaux reconnus. Lors du dernier festival du film méditerranéen Arte Mare, Sébastien Poggi du restaurant L’Odéon et Carlu Maria Geronimi d’A Dulcezza ont sublimé ses délicieux cannelloni, proposant aux cinéphiles une expérience culinaire unique et renforçant ainsi les liens entre art et gastronomie. Cette alliance du beau et du bon paraphe mieux que longues digressions l’approche, pour ne pas dire la philosophie, de celle qui donna un nouveau cap à sa vie professionnelle. Une mutation qui ne s’apparente pas à quelque coup de tête, mais s’inscrit dans une démarche réfléchie dévolue à être en harmonie avec soi-même. Comme si s’était opérée une postulation entre l’essentiel et l’accessoire. Une telle démarche est à saluer tant elle puise dans une ardente volonté qui répond à maints égards au fameux connais-toi toi-même. Ou encore du précepte deviens ce que tu es. Roxane Paoli démontre à l’évidence que les chemins du possible s’ouvrent à qui veut bien les défricher.

LOUABLE EXEMPLE

En cela l’initiative a valeur d’exemple et porte témoignage que le volontarisme peut briser maints obstacles pour fondre dans un même creuset idéal et réalisme. Certes l’exemple n’est pas isolé. Sans doute ici et là, d’autres personnes réalisent ce radical changement d’existence. Mais de telles conversions ne sont pas fréquentes, tant elles ont pour compagnes de route des prises de risques qui rebutent fréquemment ceux ou celles qui aspirent à sauter le pas. Sans verser dans l’éloge exagéré, nul n’infirmera que Roxane Paoli mérite un coup de chapeau. Et nous fait augurer qu’elle pourrait rapidement devenir une référence dans sa nouvelle activité. C’est tout le mal qu’on lui souhaite.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *