Écoutez la radio en direct

Articles

Un autre regard sur la Corse dans votre mensuel disponible en kiosque ou sur www.parolesdecorse.fr

Chaque semaine, Caroline Ettori et ses invités échangent et débattre sur l’actualité insulaire. 

Politique, société, tendance, économie, sport… Décryptages et analyses sont dans Revue de Corse garantie sans langue de bois.

Le vendredi à 8 heures, le samedi à 13 heures et le dimanche à 18 heures.

Revue de Corse, le Débat. 24 juin 2022

Revue de Corse, le Débat. 17 juin 2022

Revue de Corse, le Débat. 03 juin 2022

Revue de Corse, le Débat spécial Méditerranée. 20 mai 2022

Revue de Corse, le Débat spécial Environnement. 13 mai 2022

Revue de Corse avec Julie Benetti, ancienne rectrice de l’académie de Corse
Revue de Corse avec Marie-Jeanne Nicoli, présidente du Cesec de Corse
Revue de Corse avec Jean-Guy Talamoni, vendredi 12 novembre 2021
Revue de Corse avec Laetitia Descoin-Cucchi, présidente de l’association Inseme
Revue de Corse avec Philippe Perfettini, auteur de Napoléon, punk, dépressif…Héros
Revue de Corse avec Thierry Rovere, chargé de mission pour la délégation Corse de la Fondation du Patrimoine
Revue de Corse avec Jean-Pascal Terrazzoni d’Adduniti
Revue de Corse avec André de Caffarelli, chef de pôle « Urgences et Soins Continus » de l’hôpital de Bastia, en charge de la Covid 19.
Revue de Corse avec Johan Pinna pour parler audace et éloquence
Revue de Corse avec Marie-Claire Papadacci, art-thérapeute à Ajaccio
Revue de Corse avec Virginie Frantz, Dasen de l’académie de Corse
Revue de Corse avec Laura Guidicelli, conseillère exécutive de la collectivité de Corse en charge de l’égalité femmes-hommes
Revue de Corse avec Jean-Charles Martinelli, président de la Chambre de Métiers et de l’Artisanat de Corse
Revue de Corse avec Kevin Petroni pour son ouvrage L’adieu aux aspirations nationales
Revue de Corse avec Fatima Pupponi du Festival des cinémas du Maghreb
Revue de Corse avec Bernard Biancarelli des Editions Albiana

 

 

 

 

 

 

 


Les patients atteints d'insuffisance cardiaque qui pratiquent le yoga voient leur cœur se renforcer et peuvent mener une vie plus active. Le combo « médicaments et yoga » semble être une approche gagnante.



Le yoga, axé sur la respiration, la méditation et la relaxation, est associé à une amélioration des symptômes chez les patients atteints d’insuffisance cardiaque, selon une recherche présentée au Heart Failure congress 2024 de la Société européenne de cardiologie (ESC).

L’insuffisance cardiaque se caractérise par une pompe cardiaque inefficace, entraînant un débit sanguin insuffisant pour répondre aux besoins de l’organisme. Cette maladie fréquente, affectant jusqu’à 10% des personnes de plus de 75 ans en France, peut être très handicapante et nécessite parfois des hospitalisations.


Des améliorations visibles à l’échocardiographie


Une étude récente en Inde a évalué les effets du yoga sur 85 patients ayant subi une intervention cardiaque. Ceux-ci ont été divisés en deux groupes : l’un pratiquant le yoga en complément de leurs médicaments, l’autre seulement les médicaments. Les instructeurs ont enseigné des techniques de pranayama, de méditation et de relaxation, avec un suivi régulier.

Les évaluations des chercheurs à six mois et un an ont montré des améliorations significatives dans le groupe pratiquant le yoga : meilleure fonction cardiaque, pression artérielle et capacité physique améliorées. « Les patients pratiquant le yoga se sentaient mieux et avaient des cœurs plus forts que ceux prenant uniquement des médicaments », a expliqué le Dr Ajit Singh.


Une combinaison bénéfique : médicaments et yoga


Les bénéfices à court terme du yoga pour les patients atteints d’insuffisance cardiaque sont déjà bien documentés. Le yoga aide à renforcer les muscles inspiratoires, améliorant ainsi la capacité fonctionnelle et la qualité de vie. Il a également un effet positif sur les marqueurs inflammatoires, contribuant à une meilleure gestion de l’insuffisance cardiaque.

En conclusion, le yoga, en complément des médicaments, semble offrir une approche efficace pour améliorer la vie des patients souffrant d’insuffisance cardiaque, bien que les patients sévèrement atteints doivent consulter leur médecin avant de commencer cette pratique.

Deux mois à peine après son ouverture, la Maison des Adolescents du Pays Ajaccien se veut un lieu ressource pour les jeunes et leurs familles. Là, ils peuvent se poser, échanger avec des professionnels de santé, être accompagnés dans leur envie de « mieux-être ». À leur rythme. Tout simplement. 

Par Caroline Ettori

Florent attend avec impatience sa prochaine séance de sophrologie. Depuis l’ouverture en avril dernier de la Maison des Adolescents à Ajaccio, le jeune homme, encouragé par sa mère, a choisi de s’adresser aux professionnels de cette nouvelle structure. Son problème : la gestion de la douleur. À 21 ans, Florent moniteur sportif spécialiste de VTT a subi quelques mauvaises chutes. Conséquences : son épaule et ses cervicales lui provoquent de sévères douleurs. Si les blessures ont été rapidement prises en charge, la douleur s’est installée, insupportable, l’empêchant de pratiquer toute activité physique intensive. « Le sport, c’est ma vie, une source d’épanouissement. Si je ne peux plus en faire, je ne peux pas être fier de moi, j’ai du mal à me reconnaître. » C’est dans cet état d’esprit que Florent décide de pousser la porte de la Maison des Adolescents. « J’avais un a priori positif sur la sophrologie mais les débuts ont été un peu compliqués. Quoiqu’il en soit j’ai ressenti très vite un mieux dans ma vie de tous les jours en dehors de ma blessure. »

Cet hyper sensible comme il se définit lui-même « se met beaucoup de pression au quotidien ». « On a travaillé plus largement sur ce qui me tracassait, éliminer les idées négatives par exemple. Ma blessure remonte à un an et cela a pesé sur ma santé physique et mentale. J’avais des ambitions, des objectifs que je n’ai pas pu atteindre. Même si c’est dur à admettre, il faut se concentrer sur le positif. Accepter que tout cela soit un mal pour un bien. »

Au cours de ces séances personnalisées, Florent parle de lui, travaille sur sa respiration, ses émotions pour retrouver un certain équilibre et se rendre compte du chemin parcouru, des progrès réalisés dans d’autres domaines. « J’espère que d’ici cet été, mon rétablissement sera complet mais je ne me mets pas la pression. Je suis maintenant auto-entrepreneur et je profite de ce temps de pause pour communiquer autour de mon activité, élaborer mes prestations et développer mon site Internet. Dès que je sens que lapression est trop lourde, je pratique certains exercices ou j’y pense simplement et ça va mieux. Ce n’est pas magique. Comme pour tout, il faut pratiquer pour que ça fonctionne. »

On se pose et on respire 

Psychologue formée à la sophrologie, c’est d’ailleurs à ce titre qu’elle intervient à la Maison des Adolescents, Marie-Ange Brunelli confirme. Si elle a accepté de s’engager dans cette nouvelle structure, c’est justement pour faire découvrir la sophrologie et ses bienfaits aux plus jeunes. Qu’ils s’emparent de cet outil et qu’ils l’utilisent de manière autonome dans leur vie de tous les jours, à leur rythme et selon leurs besoins. « L’idée est de combiner des exercices de respiration, de visualisation positive ou encore de relaxation dynamique pour retrouver un état de bien-être. »

Pour autant la sophrologie n’est pas uniquement synonyme de détente. « C’est un travail où on prend conscience de soi, de ce qu’on est, de ses forces, des limites que l’on se fixe. Une mallette à outils pour résoudre les conflits à trois niveaux : les pensées, les émotions et le corps. Une pratique régulière permet certaines prises de conscience et de fait, une meilleure connaissance de soi. » De quoi affronter les défis du quotidien avec plus de sérénité. Gestion du stress, des émotions, de la douleur, amélioration de la confiance en soi, de la concentration, en cinq ou six séances, la sophrologie permet de se concentrer sur le côté positif d’une situation et d’en tirer le meilleur. 

Mais attention, Marie-Ange Brunelli tient à préciser : « La sophrologie ne peut en aucun cas se substituer à un suivi psychologique et médical. Elle vient en complément de ce suivi. Toutefois si le patient n’a pas d’autre besoin, elle peut être utilisée comme une thérapie courte et ciblée. » Depuis l’ouverture de la Maison des Adolescents, la sophrologue a dû répondre à différentes demandes. « Les enfants sont stressés par les notes, les examens, par l’image qu’ils renvoient. Ses problématiques arrivent de plus en plus tôt. Ils aspirent à un idéal inatteignable, une image déformée notamment par les réseaux sociaux. Ils s’imaginent ne pas être à la hauteur de ces nouveaux standards de beauté ou de performance sans se rendre compte que ce qu’ils voient n’est pas la réalité. »D’où l’importance de mettre des mots sur leur malaise, de faire un pas de côté pour reprendre son souffle. Littéralement. 

« Il y a plusieurs temps dans une séance. Un temps d’écoute, un temps d’explication des mouvements, un temps pour expérimenter les exercices et enfin, un temps d’échange. Il est important de savoir comment ils ont vécu la séance, ce qu’ils ont ressenti, pour pouvoir avancer en s’adaptant au mieux à leurs besoins. » Leurs besoins, leurs demandes, leur rythme. Même si les jeunes sont accompagnés par leurs parents ou invités à consulter par d’autres professionnels de santé, ils seront reçus en tête à tête par Marie-Ange Brunelli qui respectera leur volonté. Rien ne se fera sans leur accord. Ils sont libres de revenir ou non. « L’écoute de ces jeunes est essentielle. Et il faut les encourager à s’exprimer mais sans les braquer. En ce sens, la Maison des Adolescents est un lieu ressource et de ressources où toutes les questions peuvent être posées, où tout peut être dit sans avoir peur d’être jugé. »

Liberté et bienveillance

Un lieu ouvert à tous, anonyme, confidentiel et gratuit, accessible sans l’aval des parents qui peuvent néanmoins bénéficier d’un accompagnement personnalisé. C’est ainsi que Marie-Pierre Pezzano a imaginé la Maison des Adolescents du Pays Ajaccien. C’est ainsi qu’elle la fait vivre. 

Marie-Pierre Pezzano est éducatrice spécialisée. Après avoir œuvré de nombreuses années dans le secteur de la prévention, elle participe à la suite de la crise du Covid au développement de l’Espace Santé Jeunes. Plus récemment, l’Agence Régionale de Santé lui confie la mission de préfiguration de la Maison des Adolescents. Différents diagnostics et constats sont posés et une conclusion s’impose : une structure entièrement consacrée au bien-être des jeunes animée par des professionnels de santé est plus que nécessaire. 

L’ARS qui a fait de la santé des jeunes une priorité portera le projet alors qu’un groupement d’intérêt public présidé par Hélène Dubreuil Vecchi se met en place pour assurer une partie de son fonctionnement. Ainsi, la Capa, la Collectivité de Corse, la Protection judiciaire de la jeunesse (PJJ), la Falep, la CPAM, la mission locale, la MSA et enfin l’Éducation nationale se sont logiquement retrouvées autour de cette initiative. 

Située au 75 cours Napoléon à Ajaccio, la Maison porte bien son nom. Une ambiance cosy, des couleurs apaisantes, un salon, des espaces privés, un coin cuisine… Tout a été pensé pour que les jeunes s’y sentent à l’aise. Un point essentiel pour la désormais directrice Marie-Pierre Pezzano. « Le jeune peut arriver avec ou sans rendez-vous. Nous l’accueillons, nous nous présentons avant de lui faire visiter les lieux, de boire un café, de discuter sans fard. Dans un deuxième temps, nous parlons de nos missions et des professionnels présents pour lui : psychologues, sophrologue, diététicienne. L’évaluation des besoins se fera lors d’un entretien en tête-à-tête dans un petit salon privé. Dans tous les cas, l’adhésion du jeune homme ou de la jeune femme est essentielle. Il n’y a aucune obligation. Il peut s’agir d’un simple rendez-vous ou d’un accompagnement plus long. Nous ne forçons rien. »

Liberté et bienveillance pourrait être la devise de la Maison des Adolescents du Pays Ajaccien qui ouvre ses portes aux jeunes âgés de 11 à 25 ans, sans restriction et sans condition. Tout le monde est le bienvenu y compris les publics plus éloignés qui ne font pas partie de la Capa. Le champs d’action de la MDA couvre en effet tout le territoire de la Corse-du-Sud à l’exception de la région de Porto-Vecchio et Bonifacio qui a déjà sa propre structure. 

Si la Maison est tournée tout entière vers l’accompagnement des jeunes, les parents peuvent aussi être guidés et bénéficier d’un suivi. « Depuis le mois d’avril, nous avons reçu essentiellement des mamans qui rencontrent des difficultés avec leurs enfants, qui ne savent plus comment leur parler. Dans ce cas, nous pouvons proposer une médiation et une prise en charge du parent mais avec un professionnel différent. Le même psychologue par exemple ne suivra pas les parents et leur enfant mais tout sera fait pour renouer le dialogue. » En respectant le choix et les envies des jeunes qui restent au centre de la démarche. Pour Marie-Pierre Pezzano, ils sont le moteur du changement. « Même si tout va bien en apparence, certains jeunes peuvent être porteurs de souffrance. Ils subissent les injonctions de la société, cette obligation d’être physiquement parfait, bon en tout. Cette pression entre autres choses peut être source d’angoisse, de colère, de décrochage scolaire ou encore de troubles alimentaires. Les craintes sont multiples, de la réussite à un examen à l’avenir de la planète ! Il est important qu’ils sachent que quelle que soit la question, quels que soient leurs doutes ou leurs difficultés rien n’est tabou à la MDA. »

S’accepter et retrouver l’équilibre

Y compris lorsqu’il s’agit de parler de sa propre image, de son propre corps. Célia Sarossy, diététicienne nutritionniste, ingénieure agroalimentaire formée à l’hypnose dans le cadre des problématiques nutritionnelles fait partie de l’équipe de la Maison des Adolescents. Sollicitée par Marie-Pierre pour mettre ses compétences à disposition de ce public si spécial, Célia n’a pas hésité : « Les ados me touchent particulièrement, j’aime être à leur écoute d’autant plus qu’il n’y a pas tellement d’espaces où ils peuvent être écoutés et entendus quoi qu’ils aient à dire. Partout il faut aller vite, là non. C’est ouvert, flexible, on peut ralentir les choses. C’est essentiel pour se sentir à l’aise, arriver à une certaine sérénité, pour eux comme pour moi. »

Pulsions alimentaires, boulimie, hyperphagie, anorexie ou « simples » déséquilibres, selon la jeune femme 80% des ados présenteraient des troubles de l’alimentation. « Ces jeunes traversent une période charnière de leur vie où leur corps se transforme sans qu’ils n’aient leur mot à dire. Et en plus, ce corps s’éloigne naturellement des standards insensés promus par les réseaux sociaux. Ils sont paniqués, c’est très perturbant. Mon rôle est de les aider à avoir une relation saine avec l’alimentation et leur physique. Je les encourage à être bienveillants envers ce corps mais c’est très difficile. » La patience est la clé. D’autant plus que les conseils de Célia ne s’arrêtent pas à l’adolescence. « Dans la pratique, il s’agit de trouver le mode alimentaire qui convient à la personne, d’adapter et d’adopter les bons réflexes : c’est quoi une bonne alimentation pour moi ? C’est quoi la faim ? La satiété ? Comment se faire plaisir sans excès ? C’est vraiment une question de bien-être durable. »

À peine opérationnelle, la Maison des Adolescents pense déjà à la suite. Ateliers, projets collectifs autour notamment de l’alimentation, du sport, de l’addiction sont à l’étude. Tout dépendra des demandes émises par les jeunes usagers. De plus, la MDA souhaite jouer pleinement son rôle et contribuer au réseau de professionnels dédié à la santé et à la jeunesse. « Les établissements scolaires, l’ensemble des partenaires sont informés de nos services et de nos missions. Certains, comme la Mission locale, le Centre Intersecteur pour l’Adolescence (Cisa) ou France Addiction viendront chez nous pour présenter leurs actions. Par ailleurs, si la Maison n’a pas les ressources en interne pour répondre à une demande, nous irons chercher un spécialiste qui interviendra directement à la MDA pourne pas que la personne en attente soit obligée de passer d’un bureau à un autre. » Un passage de relais dans un espace protégé. Encore une fois, tout est fait pour faciliter le parcours des jeunes qui décident d’entrer dans cette maison pour le moins atypique avec une équipe qui n’est définitivement pas là par hasard. « Si ça peut permettre à d’autres jeunes d’être aidés, c’est super », souligne Florent qui a tenu à partager son expérience. « En plus c’est gratuit, idéal pour les personnes qui n’ont pas forcément les moyens de payer ces consultations. Et j’ai toujours reçu un très bon accueil, l’équipe est top ! » Parole de jeune. 

Maison des Adolescents du Pays Ajaccien 

75 cours Napoléon – Ajaccio 

Du lundi au vendredi de 12h à 19h

Samedi matin de 9h à 12h

Tel : 04 95 24 39 94

Instagram : @mda_paysajaccien


Une secousse a été ressentie sur la façade Est de la Corse ce jeudi 20 juin aux alentours de 16h30. Son origine reste pour le moment indéterminée, suscitant de nombreuses réactions parmi les habitants. Le centre opérationnel d'incendie et de secours de Haute-Corse (Sis 2B) a confirmé avoir reçu une dizaine d'appels concernant cette secousse, notamment dans la région du Grand Bastia.


Des témoins ont décrit des légères vibrations.


Le Sis 2B a vérifié auprès de la tour de contrôle de l'aéroport de Poretta qu'aucun avion n'avait volé à basse altitude, avec un retour négatif. Le réseau national de surveillance sismique (RéNaSS), basé à Strasbourg, n'a pas pu confirmer une activité sismique à l'heure actuelle.


Une secousse suivie d'une déflagration a été ressentie sur l'est de la Corse vers 16h30, sans origine confirmée. Le service d'incendie et de secours de Haute-Corse a exclu la possibilité d'un avion volant à basse altitude. Les témoignages de l'intensité varient, couvrant des zones allant du Cap Corse à la Plaine orientale. Selon l'institut géophysique de Toscane, il pourrait s'agir de la désintégration d'un astéroïde, corroborée par un signal sonore intense enregistré par une station sismo-acoustique sur l'île d'Elbe. Les autorités continuent de surveiller la situation.


La seconde édition du trail in Calvi se tiendra le week-end prolongé du 11 novembre, avec un millier de sportifs et tout autant d'accompagnants attendus. L'objectif est de prolonger la saison touristique de Calvi au-delà des vacances de la Toussaint. Les inscriptions sont ouvertes et déjà une centaine de sportifs ont confirmé leur participation. Les organisateurs, avec à leur tête Antoine Giudicelli, espèrent attirer encore plus de participants que l'année précédente. L'événement vise à dynamiser l'économie locale en incitant les hébergeurs et restaurateurs à rester ouverts plus longtemps. L'office de tourisme intercommunal de Calvi-Balagne, partenaire de l'événement, a négocié des réductions sur les transports pour encourager la venue des participants. Le trail devrait devenir un marqueur de fin de saison touristique, apportant des retombées économiques significatives pour la région.


Le département de la Corse-du-Sud a été placé en vigilance jaune canicule à partir de ce jeudi 20 juin, avec des températures prévues entre 34 et 37°C, et pouvant atteindre 37°C. Ce dispositif est actif jusqu'au vendredi 21 juin à minuit. En parallèle, un épisode de pollution atmosphérique avec des concentrations élevées de particules fines (PM10) aggrave la situation, posant un risque pour la santé des personnes vulnérables. Les autorités recommandent de limiter les sorties et les activités physiques intenses, et de consulter un professionnel de santé en cas de gêne respiratoire ou cardiaque.



Hier, au lycée de Balagne, comme dans toute la France, les élèves de terminale ont débuté le baccalauréat avec l'épreuve de philosophie. Cette année encore, les sujets ont suscité des réflexions profondes. À la sortie de l'examen, les lycéens ont confié leurs impressions.


Paper Mario : La Porte Millénaire, le célèbre RPG de Nintendo initialement sorti sur GameCube en 2004, fait son grand retour sur Switch. Ce remaster promet de replonger les joueurs dans l'univers coloré et humoristique du célèbre plombier moustachu.


Dans ce jeu, Mario part à la recherche d'un trésor caché derrière la Porte Millénaire après que Peach a découvert une mystérieuse carte au cours de ses aventures à Port Lacanaïe. L'histoire débute par une lettre de Peach demandant à Mario de la rejoindre pour une chasse au trésor. À son arrivée, Mario découvre que Peach est déjà partie et doit retrouver sept gemmes Étoile pour ouvrir la porte légendaire.


L'Art de l'Origami et un Théâtre Vivant


L'originalité de Paper Mario réside dans sa direction artistique unique, où personnages et décors sont réalisés en papier et cartons pliés, donnant l'impression d'évoluer sur une scène de théâtre. Les combats se déroulent devant un public dont les réactions influencent les performances de Mario, ajoutant une dimension interactive inédite.


Un RPG Pas Comme les Autres


Contrairement aux autres jeux Mario, Paper Mario est un RPG avec des combats au tour par tour, rappelant des classiques comme Final Fantasy. Mario devra constituer une équipe de personnages aux compétences variées pour surmonter les nombreux défis.


Humour et Profondeur


Le jeu se distingue par son humour omniprésent et des dialogues souvent drôles, adaptés à tous les âges. Les personnages principaux sont bien développés, offrant une profondeur rarement vue dans les jeux de la franchise.



Améliorations et Nouveautés


Ce remaster apporte plusieurs améliorations : des graphismes en HD, une bande-son réorchestrée et des fonctionnalités supplémentaires comme un musée souterrain pour écouter les musiques du jeu. Un système d'indices amélioré et des tuyaux de transport facilitent la progression.


Verdict


Avec des graphismes améliorés, une jouabilité agréable et un système de combat captivant, Paper Mario : La Porte Millénaire sur Switch est une véritable redécouverte d'un chef-d'œuvre. Les fans de la version originale et les nouveaux joueurs y trouveront une aventure enrichissante, drôle et visuellement charmante.


On a aimé


Un jeu très coloré

La jouabilité aux petits oignons

Le système de combat très plaisant

La bande-son remasterisée

La direction artistique en origami

Des personnages bien écrits

L'humour à plusieurs niveaux de lecture

Le jeu en VF


On aime moins


Des dialogues parfois très longs

Beaucoup d'allers-retours

Un manque de célébration du 20e anniversaire


En conclusion, ce remaster de Paper Mario : La Porte Millénaire est incontournable pour les amateurs de RPG et les fans de Mario, offrant une aventure intemporelle sublimée par les améliorations modernes.


La préfecture de Corse a annoncé la signature de l'arrêté ministériel autorisant le lancement des travaux de la nouvelle centrale électrique du Ricanto à Ajaccio. Ce document, signé par le ministre de l'Économie et des Finances, fixe le taux de rémunération du capital immobilisé pour le projet et sera publié prochainement au Journal officiel. Le projet, avec un investissement de 800 millions d'euros financé par l'État et EDF, est conforme à la programmation pluriannuelle de l'énergie de Corse. Les travaux devraient commencer dans les semaines à venir, avec une mise en service prévue pour 2027.


Mercredi, l'avocat général de la cour d'appel de Bastia a requis six mois de prison avec sursis et 150.000 euros d'amende contre l'entrepreneur Patrick Rocca pour destruction de tortues d'Hermann sur un chantier à Grosseto-Pugna. Ces réquisitions sont équivalentes à la condamnation initiale de janvier 2023. Patrick Rocca, dont l'entreprise Fortimmo est également poursuivie, clame son innocence. La tortue d'Hermann, espèce vulnérable et protégée, est menacée en Corse. La décision finale sera rendue le 11 septembre.