Écoutez la radio en direct

Et si on jouait au « GR Vin » ?

À la une À 20 ANNI, LOLA CAMPELLO HÀ FRANCATU U PASSU È MESSU IN BALLU A SO PROPRIA IMPRESA, « ALOAA GAMES ». STUDIENTE IN LICENZA PRUFESSIUNALE À l’IUT DI CORSICA, HÈ STATA ACCUMPAGNATA D’ALTRONDE DA U POLU PÉPITE DI L’UNIVERSITÀ. BATTIZZATA « GRVIN », A SO PRIMA CREAZIONE HÀ TROVU U SO PUBLICU. CI L’HÀ FATTA À SVILUPPÀ UN CUNCETTU NUVATORE DI GHJOCU DI SUCETÀ PER I MAIÒ MA CHÌ PÒ ESSE ADUPRATU DINÒ DA I PIÙ CHJUCHI. SI PRATICHEGHJA IN CASA CUM’È IN CAFFÈ CÙ, PER SOLU SCOPU, A SPARTERA È L’AMICIZIA. ECCU UNA BELLA SCUPERTA…   Par Petru Altiani   Les écrans et Internet n’auront finalement pas eu raison des jeux de société. Ce loisir convivial reprend du poil de la bête. Il se renouvelle pour vivre pleinement avec son temps, comme en témoigne l’initiative de Lola Campello, 20 ans, actuellement étudiante à Corte et véritable passionnée.

« J’ai beaucoup joué aux jeux de société quand j’étais plus jeune, notamment avec mes cousins, mes cousines et mes grands-parents, dit-elle, « mais aussi en attendant mes parents à la sortie des cours de primaire, j’empruntais souvent les jeux qui étaient mis à notre disposition. ».

Et d’ajouter : « Je n’ai pas souvenir d’avoir eu un jeu préféré, j’ai joué à tous les jeux traditionnels que nous connaissons tous : les Petits Chevaux, le Uno, le Monopoly, le Cluedo, le Jeu des 7 familles, le Puissance 4, le Qui est-ce ?, et encore beaucoup d’autres… » « En grandissant, j’ai également appris des jeux de cartes tels que le solitaire, le rami, le tarot ou encore le poker. C’est un univers qui m’a toujours beaucoup plu, et ce depuis mon plus jeune âge. » Toutefois, rien ne la prédestinait à créer une entreprise spécialisée dans ce secteur. « C’est le fait du hasard », poursuit-elle. Profiter d’un moment chaleureux « Tout a commencé par des soirées casanières entre amis, nous cherchions un jeu autour duquel nous rassembler, mais nous n’avions rien trouvé qui nous convienne. » Lola Campello a ainsi pris la décision de créer elle-même ce divertissement, « sur une planche en bois avec pour seuls matériels ma peinture et mes pinceaux ». « Cette première version avait beaucoup plu. D’autres variantes ont suivi. Nous avons adapté plusieurs fois les cases et leur positionnement pour arriver à un produit fini ! » « J’ai longtemps hésité à me lancer, je ne prenais en compte qu’à moitié l’avis de mes amis de peur qu’ils ne soient pas objectifs. J’ai finalement rencontré un entrepreneur avec qui j’ai longuement discuté de ce projet et qui m’a poussée à le développer. J’ai donc réfléchi à un nom pour le jeu, pour la marque, au packaging… Et le GRVin est né. » Le principe est simple, tel que l’explique sa créatrice : « Le GRVin est un jeu de plateau sur lequel vous avancez chacun votre tour à l’aide d’un dé et d’un pion. Tout au long du parcours, vous allez recevoir ou distribuer des gorgées, relever des défis, vous serez soumis à différents gages ou mini-jeux, le but étant d’être le premier à atteindre l’arrivée ! Ce jeu est idéal lors de soirées casanières entre amis, ou encore dans un bar, pub ou bistrot… » « Il est vrai qu’aujourd’hui beaucoup de jeux, notamment en soirée, se trouvent sur les téléphones sous forme d’applications », note Lola Campello. « J’ai voulu prendre le contre-pied de cette tendance, surtout à notre époque où nous avons plus que jamais besoin de lien social. Cela fait partie des valeurs de l’entreprise : rassembler un groupe d’amis autour d’un même plateau, sans que personne ne garde les yeux rivés sur un écran et pour que chacun puisse profiter d’un moment chaleureux. Je veux revenir à l’essence même du jeu : Le Partage. »   Créations appréciées Le « GRVin » se définit comme un jeu pour adulte. Celui-ci se joue avec un cocktail, rien n’oblige, cependant, les utilisateurs à jouer avec des cocktails alcoolisés. « Je tiens à rappeler régulièrement que la consommation d’alcool est dangereuse pour la santé et qu’il est parfaitement possible de jouer avec un soda », précise Lola Campello. « Le jeu reste toutefois interdit au moins de 18 ans car c’est tout de même un jeu de soirée, auquel on joue dans un cadre propice à la consommation d’alcool. » Si l’entreprise ALOAA GAMES fête son premier anniversaire en ce mois de mai, ses jeux n’ont cependant été commercialisés qu’à partir d’octobre 2021. Depuis, ils se sont écoulés à une soixantaine d’exemplaires, aussi bien le « GRVin » que le « GRVin Soft ». Ceux-ci ont été expédiés à travers l’île mais aussi sur le continent. « L’accueil reçu par cette première création a été très satisfaisant », estime Lola Campello. « J’ai eu la chance de recevoir énormément de soutien de la part de ma famille et de mes amis qui ont adoré le projet et ont souhaité contribuer à son développement, notamment en n’hésitant pas à le partager autour d’eux. » « Cela m’a permis d’acquérir mes premiers clients, puis d’étendre la notoriété du concept au-delà des frontières de la Corse grâce à la vente en ligne. Je n’ai eu que d’excellents retours jusqu’à présent, aussi bien de la part des particuliers que des professionnels qui le mettent à disposition dans leur bar. » Côté production, Lola Campello ne travaille pas seule. « Les jeux sont en bois, c’est mon père qui s’occupe de la fabrication de la boîte dans notre atelier. Tout est fait à la main ! », souligne la cheffe d’entreprise installée à Sarrola-Carcopino. « L’ensemble des visuels a été réalisé par le jeune designer Julien Ghisleni qui étudie l’art à Paris à l’ENS AAMA.» « Les impressions sont quant à elles effectuées par l’entreprise Fast Pub sur Porticcio. Nous nous occupons ensuite d’assembler tous les éléments qui constituent le jeu, puis procédons aux envois ou à la livraison en main propre sur Ajaccio ! » Les jeux sont disponibles à l’achat directement depuis le site internet d’ALOAA GAMES ! « Nous n’avons pas encore de distributeurs, mais c’est évidemment un segment qui devrait se développer dans les mois à venir afin que les jeux soient proposés dans un maximum de points de vente. »   Accompagnement du Pôle Pépite Lola Campello ne s’appuie, pour l’heure, sur aucun partenariat, bien que ce soit un aspect qu’elle aimerait développer. « La problématique première des petites entreprises comme la mienne est la notoriété. Il n’est pas toujours simple de se faire connaître. C’est pourquoi j’ai à cœur d’élargir ma clientèle de professionnels afin que ceux-ci puissent mettre les jeux à disposition de leurs propres clients. » Étudiante en licence professionnelle « entrepreneuriat » à l’IUT di Corsica, Lola Campello parvient avec brio à concilier ses études et la gestion de sa petite entreprise. Pour elle, « tout est question d’organisation. En plus de mes études, je dois également gérer mon alternance, donc concilier les trois n’est pas toujours évident. Je termine mes journées probablement plus tard que les autres, je travaille le week-end, et ai également une vie sociale bien remplie. En bref : je n’ai pas le temps de m’ennuyer. » « Mais j’ai la chance de travailler pour un projet qui me tient à cœur et d’avoir mes proches qui me soutiennent, c’est donc certes une charge de travail supplémentaire, mais le jeu en vaut la chandelle. » Lola Campello a par ailleurs bénéficié de l’accompagnement du Pôle Pépite de l’Université de Corse et de la Coopérative d’activité et d’emploi A Prova « qui m’aident à développer au mieux ma société ». « L’accompagnement du Pôle Pépite se traduit par différents coaching avec des professionnels qui sont là pour nous guider et nous apporter les clés qui pourraient nous manquer à la réalisation de nos projets », précise-t-elle. « Du fait de mes cours et de mon alternance, je n’ai malheureusement pas eu le temps de profiter pleinement de toutes les ressources proposées par le Pôle Pépite. Cependant, tous les ateliers auxquels j’ai pu participer m’ont été d’une grande aide, et cela m’a permis par la même occasion d’étendre mon réseau. Je n’hésiterais donc pas à le recommander à d’autres étudiants-entrepreneurs. » Selon Lola Campello, « le secteur du jeu de société est intemporel. Cette famille de jeux a toujours existé et ne cesse de se renouveler au fil du temps. La crise sanitaire et les différents confinements ont d’ailleurs permis à ce secteur de bénéficier d’un nouvel élan ; la population ayant cherché à s’occuper de manière ludique et divertissante. »   Un nouveau jeu en projet « Il en va de même pour les jeux de soirée : j’ai pu remarquer un réel changement d’habitude concernant l’organisation des moments festifs, ceux-ci sont de plus en plus casaniers, et donc de plus en plus propices à l’utilisation de jeux tels que le GRVin. » En quelques mois d’activité, ALOAA GAMES fait des émules et son chemin… D’où la nécessité de déposer son travail à l’INPI (Institut national de la propriété industrielle). « Le dépôt de l’ensemble des visuels et de ma marque à l’INPI me permet de me protéger contre toute forme de copie », indique Lola Campello. Cette protection m’est apparue essentielle d’un point de vue juridique car le nom de l’entreprise signifie beaucoup pour moi, il s’agit des initiales de mes cousins et cousines, et il en va de même pour les designs qui ont demandé énormément de travail. Je tiens à protéger tout cela. » Pour poursuivre son développement, Lola Campello envisage, à court terme, de sortir la version mini du « GRVin ».« Je travaille également sur d’autres projets, entre autre la création d’un prochain jeu qui, je l’espère, devrait être disponible au début de l’été, et sera complètement différent de la gamme GRVin. Je prévois aussi de me diversifier au-delà du jeu et de créer des décapsuleurs muraux et des tee-shirts, toujours en rapport avec les soirées », conclut cette jeune et dynamique entrepreneuse qui n’a décidément pas fini de faire parler d’ALOAA GAMES… Contact ALOAA GAMES : https://aloaagames.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.